2.11.10

573- Ateliers ESADS en danger








Affichage dans la rue pour la cause des TEA des Arts Décoratifs de Strasbourg.

"TEA = Technicien d'Enseignement Artistique. Ces personnes, au nombre de 11 employés, travaillent depuis plusieurs années pour l'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Ces techniciens ont obtenu un statut bricolé par la Communauté Urbaine de Strasbourg en 1996, mais cela n'a par la suite jamais été régularisé. Demandant depuis cette date une action de la mairie, les techniciens n'en peuvent plus. Ils en sont aujourd'hui réduits à reprendre les termes de leur contrat initial, ne permettant plus à l'école de fonctionner, puisqu'ils ne dispensent plus les enseignements pour lesquels ils n'étaient pas reconnus.
Devant cette immobilité administrative, les élèves ont décidé d'organiser un mouvement de protestation. Jeudi 21 octobre nous avons remis à la CUS un dossier complet de lettres d'étudiants sur ce sujet afin d'obtenir des réponses.
Malheureusement, ni la CUS ni le directeur n'ont réellement souhaité parler d'actions à venir, ni d'éventuel changement.
Ce problème est en lien avec celui de l'EPCC (voir autre affiche) pour deux raisons : la première est l'échéance très proche de l'application de cette structure, et la deuxième est que sans une revalorisation, les TEA passeront à un échelon encore inférieur dans la hiérarchie des statuts.
Les ateliers de l'ESADS sont une des composantes principales de l'école. La situation ne peut pas perdurer, sous peine d'un arrêt partiel (ou total dans le cadre de la diffusion des travaux) des activités des étudiants.
Nous demandons un passage immédiat des TEA à un statut d'Assistant d'Enseignement Artistique.
Pour plus d'informations, voir le blog des étudiants : etudiants-esads.blogspot.com et le site des TEA : http://cgt-ateliers-esads.blogspot.com/ ou écrire à : etudiants.esads@gmail.com"

1 commentaire:

kumo a dit…

Pour ma part, je suis totalement convaincu de la nécessité de la présence et du rôle des TEA à l'école des Arts Déco. Selon moi, le grand plus de l'école ce sont la multitude d'ateliers qui sont proposés aux étudiants (photo, gravure, typographie, sérigraphie, reliure, verre, bois, ...) et la présence et l'aide apporté par ces TEA sont primordiaux pour le bon déroulement des choses. Aujourd'hui, les nouveaux étudiants n'ont pas eu la chance de les connaître réellement puisque les initiations ont été suspendus. Et ils ressentent justement ce manque.
Pour toutes ces raison, je pense que le changement de statut pour une valorisation juste par rapport aux services donnés semble nécessaire.