2.7.11

791- Emmenez-les à Deauville







"Je suis prisonnier mais je suis mon propre geôlier"
Deux heures et demi. Le temps d'un film ou le même temps que peut prendre un parisien pour se retrouver les pieds dans le sable, le nez rempli d'iode et les yeux attiré par l'horizon bleu. À Deauville. Plus tard, si je reste ici, je pense que je prendrai souvent ma future Citroën DS pour faire régulièrement l'aller-retour. Pour respirer un peu.
(Mes premières vraies photos de vacances donc. Une petite journée en Normandie en Famille. Sur le premier cliché: mon grand-père)

Aucun commentaire: